impression


Lignières, 28.05.2017

Une affaire rondement menée à Lignières NE. Les fans suisses de sport automobile tendent l’oreille quand le petit village de Lignières dans le canton de Neuchâtel est mentionné. En 1961 déjà, l’officier français Robert Souaille posait la première pierre d’un site de conduite qui, depuis, attire les plus grands noms de la course de façon magique. Dès cette époque, on fit des cours et des formations en conduite. Aujourd’hui, le circuit est géré sous l’égide du TCS. Logique, que les futurs « Automobilistes suisses de l’année » affluent également ici en masse. 


Deux groupes, deux langues. Deux groupes, l’un de la Suisse romande et l’autre de la Suisse germanophone, ont présenté en tout 17 candidats, dont une femme. Manœuvres de freinage et d’évitement, survirage et sous-virage: sur le parcours fermé aux pistes humides avec une adhérence limitée, on peut avancer à tâtons jusqu’aux bornes – et les franchir sans danger pour une fois. Certes, Lignières n’est pas équipée de la plaque de dérapage notoire, mais une surface mouillée avec une adhérence différente à gauche et à droite peut être tout aussi vicieuse. Tous les candidats étaient une fois de plus très proches les uns des autres. Cependant les instructeurs de TCS Daniel Hoffmeyer et Adi Liechti tout comme les experts CSR Philippe Desarzens et Alex Da-Rin se sont finalement décidés pour quatre finalistes.

 

Les vainqeurs de la Romandie: Guillaume Légeret (31), La Tour-de-Trême sur Ford S-Max et Philippe Weber (54) de Villeneuve FR sur Ford Kuga. Les meilleurs Suisses allemands: Roger Lanz (57) de Arch sur Opel Corsa et Joël Hirlemann (25) de Bienne sur Audi S3. À bientôt à Stockental.

Texte et photos: Stefan Fritschi